mercredi 19 mars 2014

Naissance d'une canne toutes les étapes de la réalisation. Rodbuilding all the step of the home made Saltwater spinning Rod


A travers ce nouvel article je vous invite à suivre les étapes de la réalisation d'une canne pour la pêche en mer et plus particulièrement ; un modèle destiné à pêcher aux poissons nageurs de surface et jerk bait ainsi que l'utilisation de leurres souples à la volée et en finesse.

Voila donc le cahier des charges définit, il faut maintenant sélectionner les éléments pour effectuer le montage et plus particulièrement le choix du blank c'est à dire le nerf nu de carbone.
La puissance d'un tel modèle se situe dans une gamme de poids de lancer entre 5 et 35/40 grammes, d'une longueur autour de 2 mètres pour une utilisation en bateau principalement mais aussi pour une utilisation du bord.

Mon choix s'est orienté sur les tout nouveaux fleuret de chez Batson : la série "Révélation" dont les caractéristiques sont détaillées ci dessous à savoir le modèle 

REVS 68 MXF-SB

 

Le choix des anneaux est aussi un facteur fondamental et pour cette 5 ème canne et comme les précédentes la série KR concept m'a totalement convaincu.

En  termes de prise en main, d'ergonomie d'une part je trouve que les portes moulinets Fuji Skeleton monté sur le blank à l'aide de Shims en graphite haute densité optimisent le rendu de la résonance.

Ce qui permet d'alléger le poids et le centre de gravité mais aussi d'épouser parfaitement la forme du pouce et de l'index ce qui rends plus perceptible les différentes vibrations ou micro choc engendré par le leurre sur le fond lors de l'animation mais surtout de percevoir la moindre petite touche.
La bague de serrage du Skeleton est livrée brut ce qui nécessite un habillage avec de la mousse EVA ici couplée à une rondelle de liège rouge puis agrémenté d'une bague métallique pour un mélange des matières et une tendance "Tradi-Techno".

Comme je l'avais évoquer lors de mon premier article sur le Rod building je retrouve à travers cet aspect de la pêche un moyen de créer des objets esthétiques mais surtout efficace en pêche et unique puisque fait à la maison version "Garage Made".
Bref le KIFF totale.


Même démarche pour le Butt du talon pour lequel je suis parti d'un EVA 2 tons noir et gris, soigneusement découpé puis j'ai intercalé la même bague pour que sur le porte moulinet et la même rondelle de liège afin d'avoir un rappel des matières. Encore une fois c'est un parti pris esthétique mais surtout cela prends un certain temps d'ajuster les différents éléments qui sont de diamètres différents pour obtenir un beau boulot à la fin.
 



L'avantage du Home made est d'une part de se faire une canne sur mesure, dont les anneaux sont alignés sur l’épine du Blank ce qui évite les vibrations parasite en fin de lancer mais surtout booste la résonance soit la capacité de la canne a vous rendre les sensations de pêche.

C'est là que avec un peu d'observation on se rends vite compte que la plupart des cannes de séries sont rarement montées de la sorte, ce qui est normale et quoi que sur des modèles bas de gamme mais cela devient plus que douteux sur des cannes haut de gamme réputées faites dans les règles de l'art sans aborder l'aspect du prix de tels outils.

Donc pour bien fonctionner une canne est montée pour un modèle de moulinet dont les différentes cotes vont déterminer le positionnement des anneaux.


On rentre alors les données dans les softs GPS à droite ou la méthode 27X à gauche. C'est la qu'est la prise de choux car on voit qu'il y a une différence de plusieurs centimètres entre les deux systèmes. En gros en faisant une moyenne cela fonctionne bien ce qui est par contre primordiale c'est de bien positionner l'anneau numéro 4 pour qu'il soit au point de passage nommé "chock point".

 

Dans le système Fuji et notamment les anneaux KLH on peu suivre deux applications qui donnent une base pour le positionnement des 4 premiers anneaux en partant du moulin qui se nomme cône de réduction à trois paliers. Les anneaux de scions sont répartis selon la longueur du blank, leur nombre mais toujours pour une parfaite courbe le long du blank lorsque celui ci est en flexion.

Plus simple on suit la spécification ci dessus que l'on adapte ensuite pour obtenir une belle courbe de répartition du fil le long du blank.

J'avoue que j'ai passé du temps à bien cerner tout çà et pour l'instant je pense avoir fait un bon boulot vue les distances de lancer des quelques cannes que j'ai faites depuis mes débuts.

Enfin la partie la plus prenante le vernissage des ligatures, et là je vous laisse pour m'y coller et tenter d'utiliser cette nouvelle canne d'ici une semaine le temps que tout sèche bien.

A bientôt pour la version finie de la HORNET V5.
 










Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire